L’enqête Publique

Afin d’assurer l’information et la participation du public, il a été procédé, sur le périmètre du Pays Ruffécois, à une enquête publique  portant sur le projet de Schéma de Cohérence Territoriale (SCoT) du 30 novembre 2018à 9h00  au 11 janvier 2019 à 17h00.

Toutes les observations recueillies peuvent être consultées ci-dessous.

Dossier de l’enquête publique

Charte politique de confidentialité

Connectez-vous pour publier un message

59 messages.
MERLE MERLE de Les Adjots a écrit le 9 janvier 2019 à 23 h 12 min:
La famille Merle, composée de cinq enfants et de leurs parents habitant au Logis des Adjots, dit clairement non à ce projet du SCOT concernant les énergies renouvelables favorisant l'énergie éolienne au détriment du solaire. L’énergie éolienne, déjà en « sur-densité » dans notre région du Nord Charente, est en train de détruire et de défigurer nos campagnes et ce qui est dramatique, c’est que par rapport aux objectifs fixés pour la Nouvelle Aquitaine ER 2021, l’EE doit être multipliée par trois. Les implantations d’éoliennes sont donc concentrées dans nos régions pauvres de la Nouvelle Aquitaine, en particulier le Nord... Lire la suite
La famille Merle, composée de cinq enfants et de leurs parents habitant au Logis des Adjots, dit clairement non à ce projet du SCOT concernant les énergies renouvelables favorisant l'énergie éolienne au détriment du solaire. L’énergie éolienne, déjà en « sur-densité » dans notre région du Nord Charente, est en train de détruire et de défigurer nos campagnes et ce qui est dramatique, c’est que par rapport aux objectifs fixés pour la Nouvelle Aquitaine ER 2021, l’EE doit être multipliée par trois. Les implantations d’éoliennes sont donc concentrées dans nos régions pauvres de la Nouvelle Aquitaine, en particulier le Nord Charente. Une telle dévalorisation de notre région rurale et agricole du Ruffécois n’est pas acceptable. Ce mitage éolien saborde une qualité de vie déjà fragile, ainsi que la valeur immobilière de nos maisons et les activités liées au tourisme. De plus, de grandes incertitudes existent concernant notre santé. Des zones de respiration (zones sans éoliennes) existent encore … Mais jusqu’à quand ??? .
En tant qu’agriculteurs éleveurs, nous sommes inquiets pour l’élevage particulièrement vulnérable aux infra-sons et aux risques de l’électricité statique : une rivière souterraine passant sous un parc éolien et sous des bâtiments d’élevage non isolés sur terre battue, entraîne facilement différents problèmes sanitaires et de la mortalité (de plus en plus de cas sont répertoriés en France).
Il nous semblerait donc prudent de stopper le développement de ces usines d’aérogénérateurs industriels en attendant des études plus précises sur la santé de leurs riverains. Si développement éolien il doit y avoir, qu’il soit mieux réparti dans la région Nouvelle Aquitaine !
de LAVIGERIE de LAVIGERIE de BIOUSSAC a écrit le 9 janvier 2019 à 18 h 46 min:
Présidente de l'association Label Horizon, je suis opposée à ce projet car la distance entre les éoliennes et les habitations même si elles sont réglementaires, sont trop près. La distance idéale est au minimum de 1500 m. L'Académie nationale de médecine "Nuisances des éoliennes terrestres", publié en mai 2017 va dans ce sens et parle notamment du "syndrome des éoliennes". Il en va de notre bien être. De plus notre Nord Charente est saturé de projet éolien. o 6 à la Faye / la Chèvrerie, o 12 à Forêt de Tessé (Lombonière à Pioussay) o + les parcs à l’étude... Lire la suite
Présidente de l'association Label Horizon, je suis opposée à ce projet car la distance entre les éoliennes et les habitations même si elles sont réglementaires, sont trop près. La distance idéale est au minimum de 1500 m. L'Académie nationale de médecine "Nuisances des éoliennes terrestres", publié en mai 2017 va dans ce sens et parle notamment du "syndrome des éoliennes". Il en va de notre bien être.

De plus notre Nord Charente est saturé de projet éolien.
o 6 à la Faye / la Chèvrerie,
o 12 à Forêt de Tessé (Lombonière à Pioussay)
o + les parcs à l’étude (4-6 Londigny/Montalembert, 6 La Faye/La Chèvrerie et 5 Ruffec) et je compte pas Lizant ; Moutardon etc...

Il n'y a plus de cohérence paysagère, ni de préservation du patrimoine lorsque des mats de 180m de haut s' implante par parcs de (4 ; 6) éoliennes dès que le compas dessine une surface de terre suffisante.

Nous souhaitons préserver notre environnement, nos paysages, notre patrimoine et notre quiétude.
Lagrange Lagrange de Balzac a écrit le 9 janvier 2019 à 15 h 52 min:
Il ne me semble pas pertinent de privilégier l'implantation d'éoliennes dans le ruffécois. A voir les éoliennes installées depuis longtemps sur certaines zones proche des autoroutes, on s'aperçoit que l'entretien est nécessaire, qu'il a évidemment un coup, que du point de vue esthétique et sonore c'est une véritable nuisance. L'éducation pour une consommation raisonnée et raisonnable devrait être privilégiée. Enfin le Projet SCOT ne me semble pas une bonne perspective.
Il ne me semble pas pertinent de privilégier l'implantation d'éoliennes dans le ruffécois.
A voir les éoliennes installées depuis longtemps sur certaines zones proche des autoroutes, on s'aperçoit que l'entretien est nécessaire, qu'il a évidemment un coup, que du point de vue esthétique et sonore c'est une véritable nuisance. L'éducation pour une consommation raisonnée et raisonnable devrait être privilégiée. Enfin le Projet SCOT ne me semble pas une bonne perspective.
Baudrillart Agnès pour l'Association de Protection et Avenir du Patrimoine en Pays d'Aigre Baudrillart Agnès pour l'Association de Protection et Avenir du Patrimoine en Pays d'Aigre de Tusson a écrit le 9 janvier 2019 à 14 h 34 min:
Contribution de l'APAPPA (Association Protection et Avenir du Patrimoine en Pays d'Aigre)    L’éolien dans le projet de SCoT du Ruffécois. L'APAPPA demande un moratoire de 5 ans sur toute nouvelle implantation d'aérogénérateurs industriels en Pays du Ruffécois. Il ne s'agit plus de tergiverser sur la présence de chauves-souris ou de rapaces rares. Il s'agit de risques sur la santé des habitants et de l'avenir de notre territoire. On a déjà constaté que l'implantation d'éoliennes ne crée pas d'emplois, apporte de réelles nuisances journalières aux riverains et détruit le paysage, qui est une source d'attractivité touristique pour le pays du... Lire la suite
Contribution de l'APAPPA (Association Protection et Avenir du Patrimoine en Pays d'Aigre)

 
 L’éolien dans le projet de SCoT du Ruffécois.

L'APAPPA demande un moratoire de 5 ans sur toute nouvelle implantation d'aérogénérateurs industriels en Pays du Ruffécois.
Il ne s'agit plus de tergiverser sur la présence de chauves-souris ou de rapaces rares. Il s'agit de risques sur la santé des habitants et de l'avenir de notre territoire.
On a déjà constaté que l'implantation d'éoliennes ne crée pas d'emplois, apporte de réelles nuisances journalières aux riverains et détruit le paysage, qui est une source d'attractivité touristique pour le pays du Ruffécois.
Le Schéma Régional Éolien ayant été annulé, les Zones de Développement Éolien ayant disparu depuis longtemps, on assiste à une ruée des industriels sans scrupules, vers les communes ayant peu de ressources propres.

Dans le livre 1-6, Incidences du SCoT sur l’environnement, page 55, il est dit que le SCoT souhaite développer les énergies renouvelables sous réserve d’intégration paysagère.
Notre paysage est en voie de saturation. Comment peut-on parler « d'intégration paysagère » quand on implante des aérogénérateurs de 180m de haut, alors que la cathédrale d'Angoulême culmine à 59m … le plus grand arbre de France à 66m.. ?
Dans le cas où un moratoire ne serait pas mis en place, l'APAPPA demande :

- Distance minimum aux habitations : le Pays Ruffécois souhaite que désormais la distance minimale entre les futures éoliennes et les habitations les plus proches soit égale à 10 fois la hauteur de mât des éoliennes (règle inspirée de l’article L515-44 du code de l’environnement) ;

-Effets de cumuls : le Pays Ruffécois souhaite que l’étude d’impact d’un projet éolien présente les effets de cumuls de ce parc et des parcs voisins (existants ou en préparation) du point de vue en premier lieu des hommes, puis des paysages et de la vie des animaux.

-Saturation de l’espace : le Pays Ruffécois souhaite qu’une zone soit considérée comme saturée du point de vue éolien lorsque de nuit, on ne puisse pas voir un coin de nuit noire sur 180°, ce qui est déjà le cas en de nombreux points du Pays du Ruffécois.
DEGORCE Anne DEGORCE Anne de Bayers 16460 Aunac sur charente a écrit le 9 janvier 2019 à 14 h 03 min:
Madame Monsieur. Suite à mon message du 8 janvier 2019 et afin de le finaliser, merci de noter que je suis défavorable au projet du Scot du Pays du Ruffecois, Cordialement Anne DEGORCE
Madame Monsieur. Suite à mon message du 8 janvier 2019 et afin de le finaliser, merci de noter que je suis défavorable au projet du Scot du Pays du Ruffecois, Cordialement Anne DEGORCE
Joseph Magill Joseph Magill de Verteuil sur Charente a écrit le 9 janvier 2019 à 11 h 34 min:
L'énergie propre est nécessaire pour lutter contre les changements climatiques néfastes. Il existe de nombreuses propositions technologiques pour résoudre ce problème. Les éoliennes ne sont qu'un exemple. Bien que je ne sois pas spécifiquement contre les éoliennes, le nord de la Charente ne devrait pas supporter un fardeau démesuré d'accueillir des éoliennes, surtout lorsque les avantages et les coûts financiers et énergétiques ne sont pas clairement transparents et présentés de manière précise. Une majorité de nos concitoyens sont silencieux sur cette question. Cela ne donne pas aux bénéficiaires financiers le droit de faire passer l'installation. Pour ma part, j'aimerais que... Lire la suite
L'énergie propre est nécessaire pour lutter contre les changements climatiques néfastes. Il existe de nombreuses propositions technologiques pour résoudre ce problème. Les éoliennes ne sont qu'un exemple. Bien que je ne sois pas spécifiquement contre les éoliennes, le nord de la Charente ne devrait pas supporter un fardeau démesuré d'accueillir des éoliennes, surtout lorsque les avantages et les coûts financiers et énergétiques ne sont pas clairement transparents et présentés de manière précise. Une majorité de nos concitoyens sont silencieux sur cette question. Cela ne donne pas aux bénéficiaires financiers le droit de faire passer l'installation. Pour ma part, j'aimerais que l'on établisse un plan précis et complet pour s'attaquer à ce problème. Cela devrait inclure les éoliennes, l'énergie solaire, l'énergie biologique et la conservation.
Christian Croizard - maire de Mansle - Vice président CC Coeur de Charente Christian Croizard - maire de Mansle - Vice président CC Coeur de Charente de Mansle a écrit le 9 janvier 2019 à 11 h 30 min:
Le projet de SCoT prévoit 60 hectares pour l'implantation de nouvelles activités économiques sur l'ensemble du territoire. A ce jour, ne figure pas la répartition entre les deux communautés de communes (Coeur de Charente et Val de Charente) Celle-ci attribuera la surface réservée aux ZE de Coeur de Charente y compris celle existante. En conséquence, il me parait inconcevable que ces 60 hectares inclus les ZE existantes. C'est faire fi du potentiel économique d'un territoire traversé par un axe routier majeur, de la volonté de ses élus. C’est aussi acter le déclin d'un territoire à l'échéance 2035. Donnons-nous les moyens... Lire la suite
Le projet de SCoT prévoit 60 hectares pour l'implantation de nouvelles activités économiques sur l'ensemble du territoire. A ce jour, ne figure pas la répartition entre les deux communautés de communes (Coeur de Charente et Val de Charente) Celle-ci attribuera la surface réservée aux ZE de Coeur de Charente y compris celle existante. En conséquence, il me parait inconcevable que ces 60 hectares inclus les ZE existantes.
C'est faire fi du potentiel économique d'un territoire traversé par un axe routier majeur, de la volonté de ses élus. C’est aussi acter le déclin d'un territoire à l'échéance 2035. Donnons-nous les moyens de nos ambitions.

Le projet de SCoT prévoit de remettre sur le marché 1% des logements vacants sur la période échéance 2035 (369 logements). Cet objectif parait ambitieux du fait que la maîtrise foncière n'appartient pas aux élus, qu'aucun moyen de pression n'existe. Seules les incitations nous permettrons d'atteindre cet objectif.
Autre fait notable, la prise en compte du décalage entre la réhabilitation d'un logement vacant et le mode de vie actuel. Chacun aspirant à un logement de plein pied et un espace vert.
En conclusion, il serait utopique de dépasser cet objectif de 1%
Mme CHEMINADE Anne-Marie Mme CHEMINADE Anne-Marie de Aunac-sur-Charente a écrit le 9 janvier 2019 à 9 h 44 min:
Bonjour, Je viens vers vous afin de vous faire part de remarques sur le projet du Scot concernant deux points qui m'ont interpellés : 1er point : Concernant les Zones d'activités économiques, la commune d'Aunac sur Charente évoque qu'il est nécessaire de maintenir les 60 ha HORS zones viabilisées. pour l'implantation de nouvelles zones d'activités afin de respecter une équité du territoire. 2éme point : les logements vacants : le Scot prévoit la remise sur le marché à l'échéance 2035, d'1% de logements vacants ; nous ne sommes pas d'accords et nous demandons qu'une surface en dessous de 1000m2 soit... Lire la suite
Bonjour,
Je viens vers vous afin de vous faire part de remarques sur le projet du Scot concernant deux points qui m'ont interpellés :
1er point : Concernant les Zones d'activités économiques, la commune d'Aunac sur Charente évoque qu'il est nécessaire de maintenir les 60 ha HORS zones viabilisées. pour l'implantation de nouvelles zones d'activités afin de respecter une équité du territoire.

2éme point : les logements vacants : le Scot prévoit la remise sur le marché à l'échéance 2035, d'1% de logements vacants ; nous ne sommes pas d'accords et nous demandons qu'une surface en dessous de 1000m2 soit déduite de l'enveloppe globale par logement vacant remis sur le marché.

Merci de bien vouloir prendre note de mes remarques.

Cordialement
--
Le Maire d'Aunac sur Charente, Mme CHEMINADE Anne-Marie
PERRIER PERRIER de BARRO a écrit le 8 janvier 2019 à 20 h 03 min:
Madame, Monsieur, ce projet de Scot favorise clairement le développement des projets éoliens en Ruffécois, aux dépens des autres énergies "vertes", de l'énergie solaire notamment : Citation du Scot: - état des lieux de l'éolien inexact et obsolète . cf. Livre 1.3 "état initial de l'environnement" page 282 à 287 : les données datent de 2012 / tous les chiffres sont faux et les textes cités annulés ou obsolètes (SRE, ZDE...) /. Comment peut-on proposer des prescriptions acceptables en s'appuyant sur un constat faux et obsolète ? - recommandations favorisant clairement l'éolien contre le solaire. cf. Livre 3 "Document d'orientation... Lire la suite
Madame, Monsieur,
ce projet de Scot favorise clairement le développement des projets éoliens en Ruffécois, aux dépens des autres énergies "vertes", de l'énergie solaire notamment :
Citation du Scot:
- état des lieux de l'éolien inexact et obsolète . cf. Livre 1.3 "état initial de l'environnement" page 282 à 287 : les données datent de 2012 / tous les chiffres sont faux et les textes cités annulés ou obsolètes (SRE, ZDE...) /. Comment peut-on proposer des prescriptions acceptables en s'appuyant sur un constat faux et obsolète ?
- recommandations favorisant clairement l'éolien contre le solaire.
cf. Livre 3 "Document d'orientation et d'objectif" page 62 : les prescriptions C.2.5, C2.6 et C.2.7 concernant l’énergie solaire sont très (trop?) précises et restrictives Alors que pour l'énergie éolienne (cf. Livre 3 page 87 B.5.4 et B5.5) les prescriptions sont vagues et n'apportent aucune plus value puisqu'elles ne font que répéter ce que la loi impose déjà (étude paysagère préalable). Or, nous savons très bien que ces études paysagères ne sont que de faux prétextes pour justifier la destruction de nos paysages.
A titre d’exemple :
1.4.4. "Des superstructures génératrices de focales particulières dans le grand paysage
Les paysages de l’éolien
Depuis les années 2000, plusieurs parcs éoliens ont vu le jour sur le territoire, créant des évènements paysagers.
D’autres projets d’implantation d’éoliennes sont à l’étude sur le territoire.
De manière générale, les projets auraient été bien acceptés par les populations.
Selon les points de vue, ces superstructures monumentales viennent tantôt bousculer les rapports d’échelle, tantôt "se faire oublier" car concurrencées par d’autres points d’appel dans le paysage. "

Mon commentaire:

Il est vrai que vu du sol, et à moins d’avoir le privilège insigne d’habiter un lotissement (de construction antérieure à l’invasion) surveillé de près par une escouade de ces encombrants géants blancs, on ne peut pas toujours se rendre compte de ce que signifie la pollution visuelle d’un panorama autrefois pittoresque. Jean-Christophe Ruffin les compare à des cicatrices du ciel dans son livre « immortelle randonnée »
Changeons donc de point de vue et utilisons un « rapport d’échelle » permettant de mesurer à quel point la Charente nord est arrivée à saturation : il suffit d’en survoler les paysages en aéronef pendant une trentaine de minutes à une hauteur de 400 mètres pour constater à perte de vue le nombre et la densité des installations éoliennes. En prolongeant le vol vers la Charente sud et la Dordogne, territoires plus riches curieusement épargnés par cette prolifération, on s’étonnera du dénuement de ces contrées en matière d’énergie éolienne, et on se félicitera de la préservation de ces paysages. Vents plus faibles là-bas qu’ici ? Réticence de riverains et acharnement à défendre l’attrait de leurs lieux touristiques et viticoles contre les arguments du lobby éolien ?
Et si le mal de l’air ou une tirelire à sec ne nous permettent pas de prendre de la hauteur, il nous suffira de nous munir d’une carte aéronautique IGN 1/500 000 sur laquelle sont indiqués avec une obligatoire précision les emplacements de ces obstacles à la circulation aérienne, pour établir cette troublante comparaison entre notre territoire et ses voisins du sud : rien chez eux, et tant mieux pour eux, tout chez nous.
Nos commentaires sont teintés de subjectivité. En cela ils n’ont rien à envier à la citation du Scot :" De manière générale, les projets auraient été bien acceptés par les populations."
Le propriétaire du champ d’accueil de l’éolienne a sans doute un regard plus objectif. Et dans 25 ans, l’élimination de l’énorme base en béton ne sera pour lui (et sa commune) qu’un jeu d’enfant si la société tout spécialement créée pour ce déblayage pharaonique est encore de ce monde.
Alors, plus sérieusement, pourquoi favoriser ici, encore et encore, le développement de nouveaux projets éoliens ?
Et enfin, pourquoi traiter différemment le solaire et l'éolien ?
lepoutre lepoutre a écrit le 8 janvier 2019 à 19 h 06 min:
Bonsoir Pour compléter et affirmer mon mail du 7/01/2019. Je suis donc totalement opposé à la prolifération des éoliennes en Nord Charente et pays du Ruffecois.
Bonsoir
Pour compléter et affirmer mon mail du 7/01/2019.
Je suis donc totalement opposé à la prolifération des éoliennes en Nord Charente et pays du Ruffecois.